arcaland.eu
- 825 -

Tout savoir sur les jeux vidéos

Dans les années 70, les fabricants de consoles de jeux vidéo possédaient généralement des studios de développement en leur sein, mais sous-traitaient également certaines tâches. Parmi les premiers studios, on peut citer Atari et Nintendo. Les jeux vidéo étaient exclusivement distribués par les fabricants de consoles. Que faut-il ainsi savoir sur les jeux vidéo ? Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ?

Quels sont les principaux types de jeux vidéo ?

De nos jours, adultes comme enfants s’adonnent aux jeux vidéo sur divers supports que sont : le téléphone portable, la tablette, l’ordinateur, les consoles de jeux avec manettes et adaptés aux écrans de télévision.

Les types de jeux sont multiples, certains font appel à l’habileté et la précision (jeux d’action), d’autres associent l’action et l’aventure (jeux d’aventure). Les jeux faisant appel à la réflexion (jeu de réflexion), au sport (jeu de sport), jeux de simulation, de stratégies, etc.

La liste peut s’étirer à l’infini selon les combinaisons. De quoi meubler votre temps et occuper vos enfants.

Quels sont les avantages et les inconvénients de jeux vidéo ?

Les scientifiques ont montré que les joueurs rompus aux jeux vidéo développaient plus de capacité au niveau du cerveau à remodeler ses connexions en fonction de leur environnement et des expériences vécues.

D’autres joueurs de leur côté développent une bonne attention visuelle et une bonne coordination spéciale avec un développement de leur matière grise.

Ce n’est pas rien, car la plasticité du cerveau est au cœur de l’apprentissage. Sauf que passer trop de temps derrière une console n’a pas que du bon.

Le premier risque c’est l’addiction et l’isolement en se coupant du monde extérieur. Le second risque c’est l’obésité, car une console en main veut dire moins d’efforts musculaires. Le troisième risque c’est la dépression, les maladies cardiovasculaires et le diabète qui sont les conséquences de l’obésité.

Enfin, le quatrième risque et non des moindres, la banalisation de la violence.